Equipement moto, les différentes normes de sécurité

Lorsqu’on se met au guidon de sa moto, il est nécessaire de se munir de différents équipements de sécurité, dont le casque moto. Parmi le large choix des modèles existants, il peut pourtant être difficile de choisir le bon. À quelles normes doit-il répondre et quelles sont les différences entre elles ?

Les normes de sécurité européennes

Tout comme pour l’ homologation des gants moto, tout casque vendu au sein de l’Union européenne doit répondre à une norme spécifique. Généralement, elle est mentionnée sur une étiquette de couleur blanche, sur laquelle est inscrite la lettre E signifiant Europe. Y est aussi marqué le numéro relatif au pays dans lequel a été reçue l’homologation, qui peut tout simplement être celui du pays de fabrication du casque. Différents indices sont à prendre en compte :

  • La norme ECE 22-04 qui a évolué en ECE 22-05, car elle prend dorénavant en compte la protection maxillaire. Un test d’impact a été fait sur la mentonnière pour évaluer la protection de la mâchoire en cas de choc. Cette norme ECE 22-05 contrôle l’angle de vision et la géométrie du casque, l’amortissement des chocs au niveau du front, oreilles, nuque, boîte crânienne et menton. Elle assure aussi la stabilité dimensionnelle, la résistance au frottement, le système de retenue, l’écran et le choc que la tête peut encaisser.
  • La lettre P indique que le casque satisfait au niveau de protection requis.
  • NP : Non Protective. Des casques modulables sont ainsi homologués, mais pas au niveau de leur mentonnière, ce qui n’est pas le cas de ceux mentionnant 05xxxx/P qui assurent le même niveau de protection qu’un casque intégral.
  • La mention P/J indique par ailleurs un casque homologué à la fois comme intégral et comme jet et permettant de rouler avec la mentonnière relevée.

Equipement moto, les différentes normes de sécurité

Les normes de sécurité françaises

Dans l’Hexagone, les casques peuvent répondre aux normes françaises indépendantes de l’homologation CE. Son étiquette est de couleur verte, sur laquelle est marquée la norme NF S 72 305. Celle-ci n’est toutefois plus employée depuis les années 2000.
En outre, tout casque vendu en France doit se munir de 4 autocollants ou bandes réfléchissantes posées sur chaque côté du casque : à l’avant, à l’arrière, à gauche et à droite. S’il n’y en a pas, le vendeur doit les fournir et les poser lui-même. En cas de perte de ces stickers, n’importe quel magasin de moto en vend.

La différence entre DOT et CE

Avec la norme ECE 22-05, le fabricant en France ne peut pas vérifier lui-même la solidité de la partie du casque qui lui semble être fragile. Aux États-Unis, avec la norme DOT, le constructeur peut le faire et renforcer ces points à l’avance, mais pas le reste du casque.
La norme ECE se concentre aussi sur la capacité d’absorption du choc du casque, dans le but de limiter les commotions cérébrales. Il néglige de ce fait la résistance à la pénétration qui peut pourtant diminuer les risques de fracture du crâne. La norme américaine DOT procède dans le sens contraire.